Black Lives Matter | On fait tomber nos bourreaux pour faire place à nos Héros ?

6 juillet 2020

Si après près de 400 ans d'esclavage et plusieurs décennies de luttes pour la dignité humaine, le monde peut aisément continuer d'être le théâtre de spectacles dégradants et humiliants, est-ce la passivité des Noirs qui sera la solution à un monde correct ?

Le 25 Mai 2020, la planète entière a été témoin de la mort par asphyxie de George Floyd, 46 ans, sous le genou de Derek Chauvin, un policier blanc Américain.
George Floyd a hurlé qu'il n'arrivait plus à respirer, supplié un être humain de lui donner une nouvelle chance de vivre.
Hélas... Non seulement il ne pourra plus jamais respirer mais aussi, sa fille de 6 ans ne le reverra plus jamais.

Voilà le terrible quotidien de millions de Noirs dans un monde où certains blancs se prennent pour des êtres suprêmes.

Après ce drame, la question qui me bouleverse en ce moment est la suivante:
"Finalement, c'est qui les barbares ?".

Figurez-vous qu'il n'y a pas que George Floyd. L'histoire retient aussi les noms suivants:
- Breonna Taylor, 26 ans, Ambulancière Noire tuée avec au moins 8 balles par la police qui fut irruption dans son appartement alors qu'elle dormait.
Pourquoi ? Avis de recherche erroné.

- Ahmaud Arbery, 25 ans, tué alors qu'il faisait du jogging.
Pourquoi ? Ses bourreaux, un policier retraité blanc et son fils disent l'avoir pris pour un cambrioleur.

- Freddie Gray, 25 ans, mort suite à une fracture des vertèbres cervicales et des blessures après une interpellation policière.

- Michael Brown, 18 ans, abattu alors qu'il était sans arme et avait les mains en l'air.

- Eric Garner, 43 ans, soupçonné de vente de cigarettes dans un quartier de New-York et mort après une interpellation policière.

- Trayvon Martin, 17 ans, abattu par un policier blanc alors qu'il sortait d'un magasin où il venait d'acheter ses Skittles. Il ne pourra pas les utiliser.

- Adama Traoré, 24 ans, mort suite à un plaquage ventral par des policiers blancs.

La liste est longue. Je risque de remplir des dizaines de pages si je dois tous les citer.

Qu'est-ce que ces personnes ont-elles en commun ?
Elles sont Noires et ont toutes été tuées par des policiers blancs.

Quels crimes ont-ils commis ?
En naissant, ils n'ont pas eu la présence d'esprit de choisir d'être blancs.

Je suis de ceux qui détestent qu'on appelle les gens par leur couleur de peau alors qu'ils ont des prénoms.
Je suis de ceux qui se sentent terriblement mal quand la couleur de peau est exhibée comme un handicap ou un privilège et qui ont en horreur que les Afro-descendants occupent depuis des siècles la première place sur la liste des victimes.

J'ai aussi déjà trouvé le mouvement "Black Lives Matter" égoïste mais j'ai très tôt pris conscience du fait que nous sommes à un tournant très dangereux du monde où l'Homo sapiens Noir risque de disparaître de la terre et de ne avoir sa place que dans les livres d'histoire ou d'archéologie rédigés par ses bourreaux si rien n'est fait.
Alors, "Black Lives Matter" est totalement légitime parce que sur la balance du jeu international, la communauté opprimée que nous sommes, peine toujours à occuper la place qu'elle mérite.

A titre illustratif, imaginez par exemple que dans une forêt, des antilopes soient menacées et dévorées au quotidien par des lions et qu'il urge de leur venir au secours.
Quelle est la logique qui revendiquerait qu'il est aussi urgent de secourir les lions avec l'argument qu'ils sont tous des animaux de la même forêt ?

En effet, la mort de George Floyd a été un nouveau déclic contemporain pour toutes les personnes lucides de notre planète.
Presque partout dans le monde, Noirs comme Blancs se sont levés pour exprimer sans voile leur consternation et mettent la pression pour que justice soit rendue aux Noirs tués. Tous revendiquent le changement d'un système qui a toujours promu l'inégalité et l'injustice.

Vous savez, la fâcheuse vérité est que ces blancs qui abattent nos frères ne sont jamais jugés, au nom de la "légitime défense".

Cette fois, civils, policiers comme personnalités publiques, à la face du monde, ont posé genou à terre pour exprimer leur solidarité aux mouvements anti-racistes et en hommage à George Floyd.

Il faut se rappeler que ce geste a été exécuté pour la première fois en 1965 par Martin Luther King et a été actualisé et rendu viral en 2016 par Colin Kaepernick, un Footballeur Afro-américain lors d'un match en pleine exécution de l'hymne nationale américaine. Il en avait marre des dérives policières qui n'ont pour cible que les Noirs et c'était sa façon à lui de le manifester pour que le message porte.

Depuis la fin de son contrat et après les propos de Donald Trump à son sujet, plus aucun club n'a voulu de lui mais il aura quand même marqué positivement l'histoire. Son combat continue d'ailleurs avec le soutien de grandes marques.

Ce geste a été répété lors de la Premier League avant et pendant les matchs.
A la demande des joueurs Britanniques, sur les maillots, leurs noms ont été remplacés par le puissant slogan "Black Lives Matter".
Cet acte symbolique jamais vu auparavant est la preuve que désormais plus qu'une question de couleurs, il s'agit d'une question de conscience.

A la fin d'un match, surprise! 
Une bannière "White Lives Matter Burnley" survolera Manchester à l'aide d'un avion. 
Cet acte de très mauvais goût suscitera l'indignation de millions de personnes à travers le monde.

J'aurais pu me passer de tous ces faits mais il est très important pour moi que tous mes lecteurs soient au même niveau d'information sur le sujet. 

Alors, venons-en à la question principale de ce billet. 

Faut-il déboulonner les statues, monuments et mémoriaux coloniaux ? 


Plusieurs rues dans de nombreux pays portent les noms des hommes qui ont martyrisé les Noirs.
Leurs statues et monuments trônent dans plusieurs villes à travers le monde.

Après le meurtre de George Floyd, les manifestants antiracistes ont décidé de faire tomber ces statues ou monuments et encore une fois, deux camps se forment: Ceux qui estiment qu'ils s'y prennent mal et ceux qui les applaudissent.
Où est-ce que je me positionne ?

Pour répondre, prenons un nouvel exemple.
Vos oncles vous racontent que votre père, votre mère et vos frères ont été brûlés vifs par un homme appelé X.
La seule chance que vous aviez était que vous étiez en vacance chez des amis à vos parents.
Vous avez grandi avec cette douleur, vous ressentez le vide chaque jour où vous devez affronter la vie... Et cerise sur le gâteau, quand vous sortez de chez vous à chaque fois, vous devez obligatoirement passer devant la statue de Monsieur X parce qu'il a été érigé dans votre ville.
Quel sentiment vous anime quand vous y pensez ?

Sous Louis XIV en 1685, a été promulgué le Code Noir édité par Colbert. Vous connaissez ?
Il s'agit de l'une des plus grandes aberrations de notre histoire, soigneusement répartie en 60 articles et qui comme le mode d'emploi de nos aïeux déportés les qualifie d' "êtres meubles" en son article 44.
Colbert a eut droit à une statue.
Leopold II, le cauchemar du peuple congolais et même Edward Colstron, grand marchand d'esclaves y ont eu droit.
Ils ne sont pas les seuls mais je n'ai aucune envie de leur faire plus de place sur mon blog.

Quel message a-t-on essayé de nous passer pendant toutes ces décennies ?
Que pour avoir droit à tous les honneurs, il faut être cruel ?

A cette allure, nos enfants préféreront cultiver l'injustice pour être célébrés que la justice pour être écrasés comme des bestioles.

Ces gens ne sont pas des modèles pour qu'on les voit à chaque fois qu'on lève la tête!
Si c'est pour des raisons de sauvegarde ou de pérennisation de l'histoire qu'on nous oblige à les accepter dans notre quotidien, quels rôles jouent les nombreux livres d'histoire dans nos bibliothèques et librairies ?
Si le passé nous intéresse, on les lira.

Il est urgent que nos dirigeants s'impliquent réellement et défendent avec nous cette noble cause.
Descendez nos bourreaux et faites place à nos héros.
Dans nos rues, dans nos villes, dans nos écoles et sites touristiques, faites place à Soundiata Keïta, Lemine Ould Dadde, Lousy Mathieu, Anderson Abbot, W.E.B Du Bois, François Dominique Toussaint Louverture, Thomas Sankara, Martin Luther King, Nelson Mandela...

Jusque-là, on a l'amère impression que cette prise de conscience et ces manifestations antiracistes restent plus l'affaire des Noirs-Américains que l'affaire des Noirs des autres continents.

Il est important de garder à l'esprit que nous n'avons pas eu besoin de nous déplacer pour que ces commerçants d'hommes viennent à nous il y a quelques siècles.
Dans ce contexte de mondialisation où nous nous situons aujourd'hui et où les droits de l'homme sont toujours bafoués sourire aux lèvres, sans inquiétude, chaque individu doit jouer sa partition dans la restitution de l'ordre dans l'humanité.
Et ceci commence par la connaissance que nous avons de notre histoire, la fierté que nous avons de nos origines et de notre couleur de peau.

Le monde va mal et nous devons le soigner!

J'ai choisi de défendre une cause plus lourde que moi mais je compte me muscler au quotidien pour la porter.
J'ai encore énormément de choses à dire mais je crois que je m'en arrêterai là pour l'instant.

Les comédies de mauvais goût qu'on nous oblige à regarder, moi j'en ai marre. Et vous ?

Signé,
Précieuse Nadie.

PS: Ceci n'est pas une campagne anti-blanc. J'ai des amis blancs lucides que je respecte et je tiens aussi à ce que les blancs respectent les miens.

Partager :

0 commentaires
Commenter avec